• sculpture

     

     

      Comment brimer la nature en la sculptant. sculptureA mon avis l'artiste sculpte et spécule à la fois. Trouve ça beau qui veut!  Clic sur jardin

      

     

     

     

     

    sculpture 

      

     

    Vous ne connaissez pas ce Monsieur? Il s'appelle Jean-Pierre Augier, il  fait des sculptures superbes avec tous les vieux trucs qui lui tombent sous la main. Regardez et régalez-vous en cliquant sur vieux trucs

    Arbre sculpté

    sculpture

     

    Des sculpteurs improvisés ont  immortalisé des arbres, quoi de plus noble? Regardez ce très beau et émouvant document. Clic arbres sculptés

    ***************************************************

    ******

    *************

    *****

    ***************************************************

    Camille Claudel  en 1884 

     

     Cliquez sur visiteurs pour voir deux êtres exceptionnels, passionnés de sculpture et qui s'entre-déchirent.

      

      La petite châtelaine est une oeuvre pleine de tendresse

       Camille Claudel  est née à Fère-en-Tardenois (Aisne) le 8 décembre 1864 et décédée à Montdevergues (Vaucluse) le 19 octobre 1943. C' est une sculptrice française, sœur du poète et écrivain Paul Claudel. Elle a entretenu une relation passionnelle et tumultueuse avec le sculpteur Auguste Rodin, de vingt-quatre ans son aîné. Cet amour impossible, ainsi que son internement psychiatrique en 1913, la murant dans le silence le plus total, lui ont donné une aura égalant son génie. Le succès du film de Bruno Nuytten en 1988 est venu la sortir de l'oubli. Depuis 2005, la municipalité de Nogent-sur-Seine œuvre pour l'édification d'un musée consacré entièrement à Camille Claudel.

     

    Camille Claudel par Auguste Rodin (1886) (bronze 7/12, fonderie Rudier, 1869).

    Depuis l'enfance, Camille est passionnée par la sculpture et commence très jeune à travailler la glaise. Appuyée constamment par son père qui prend conseil auprès d'Alfred Boucher, Camille doit affronter la très forte opposition de sa mère, laquelle aura toujours une violente aversion pour cet art qui passionne son aînée.

    En 1882, alors que les Claudel séjournent à Wassy, Camille persuade sa famille d'emménager à Paris, à l'exception de son père retenu par ses obligations professionnelles. Cela, afin de perfectionner son art auprès des maîtres. Avec sa mère, sa sœur Louise, son frère Paul, elle habite au 135bis, boulevard du Montparnasse de 1882 à 1886. Ensuite Camille vit et travaille dans son atelier du 19 quai de Bourbon, dans l'île Saint-Louis de 1889 jusqu'à son internement en 1913, ce que rappelle une plaque souvenir apposée sur cette maison.

    Elle suit, tout d'abord, des cours à l'Académie Colarossi. Par la suite, elle loue un atelier avec des étudiantes anglaises dont Jessie Lipscomb avec qui elle se liera d'une profonde amitié.

    Camille a d'abord étudié avec Alfred Boucher. Celui-ci était à Paris pour mettre en place La Ruche, un phalanstère, une communauté d'artistes. Mais lorsqu'il gagne le Prix de Rome et s'installe à la Villa Médicis, il demande à Auguste Rodin de le remplacer pour son cours de sculpture qu'il donne au groupe de jeunes filles. Ainsi Camille et Rodin font connaissance. 

    Camille Claudel glisse de l'expressivité passionnée et exclusive du corps nu, propre à ce dernier, à une science des attitudes plus originale et maîtrisée qui relève de son génie propre. Des drapés très art nouveau enveloppent de plus en plus les corps. Un chef-d'œuvre tel que

     « la Valse »                                                            

     (qui compte plusieurs versions) montre l'étendue de son talent. Mais l'artiste ne s'arrête pas là, elle explore une nouvelle voie, profondément originale. « J'ai beaucoup d'idées nouvelles », confie-t-elle à son frère Paul. Elle en donne quelques croquis étonnants, parmi lesquels on reconnaît 

     « les Causeuses ». 

     Comprenant que le monde de l'art continuera à ne voir en elle que l'élève de Rodin, Camille Claudel décide de quitter celui-ci. Les dix années qui suivront seront les plus productives de sa carrière, mais elle ne recevra pas de commandes de l'État (commandes demandées à grands cris par son admirateur enthousiaste Octave Mirbeau, qui proclama à trois reprises son génie dans la grande presse). En effet, Camille défie la morale sexiste du monde de l'art de l'époque en sculptant le nu avec la même liberté que les hommes. À la fin de sa carrière, elle reçoit enfin une commande lorsqu'elle sculpte le nu saisissant d'une femme seule et mourante Niobide blessée.  

     

    Sakountala

      est l'héroïne d'un drame écrit par le poète hindou Kalidasa, reprise au XIXe siècle dans un ballet de Lucien Petipa, musique d'Ernest Reyer (1858), et dans une sculpture de Camille Claudel.

     Persée et la Gorgone

      est une œuvre monumentale datée de 1902 de Camille Claudel de facture classique représentant Persée décapitant la Méduse. Persée est le fils de Zeus et Danaé, la Méduse est une des trois Gorgones, monstres ailés au corps de femmes et à la chevelure de serpents. Du sang de cette Gorgone naquit le cheval ailé Pégase. L'œuvre représente ici le moment où le héros vient de trancher la tête du monstre. Persée regarde dans son bouclier de bronze, qui lui sert de miroir, le reflet de la tête de Méduse afin d'éviter son regard qui conservait son caractère maléfique pétrificateur.

    Pour terminer voici un film avec quelques  noms des sculptures.

    clic sur Camille

    sculpture

    *****

     

     Marc Fornasari

    fornasariM

    est un sculpteur suisse, né le 19 septembre 1927 à Genève (Suisse). Son atelier

    se trouve à Gland dans le canton de Vaud, où il habite. Sa passion pour la sculpture est née dès son plus jeune âge, ce que vous pouvez constater en cliquant sur

    le mot P'tit frère. Il a fait de nombreux dessins

       sculpture

    et modelages avant de suivre les cours du sculpteur Heinz Schwarz aux

    Beaux Arts de Genève, l'Académie Pâquet. Heinz Schwarz l'a influencé dans la sculpture du nu féminin. Par la suite Marc Fornasari a maîtrisé la sculpture d'animaux, spécialement de félins. J'ai lu quelque part que Marc Fornasari voit, (dans certaine fluidité élégante des formes féminines et félines), une beauté qui peut atteindre la perfection.

    Son talent lui a valu en 1984, une médaille d'or de l'Europaischer Kulturkreis, Baden-Baden, Allemagne. Cette récompense fût très encourageante. Quelques-unes de ses oeuvres ornent les parcs de Genève. Des collectionneurs en ont acquis un certain nombre.

    Lynx et sa proie

    Il existe encore de nombreuses oeuvres de cet artiste.

    Le voici en agréable compagnie

    ***********

    Voici 2 photos prises lors d'une exposition en plein air:

    Guépard, bronze, patine verte

     

     

    NB: Les pages ne se commentent pas. Pour cela passez par la rubrique contact.

     *************